LE PLAN DE COMMUNICATION

Le contexte de nos actions de communication

 La crise du monde associatif :                                                                                                                                         Le monde associatif dans son ensemble vit une mutation profonde, confronté à des générations qui hésitent à s’engager dans le monde associatif quelle que soit l’association.

Cette tendance est accentuée depuis 2020 par la pandémie qui a touché le pays et contraint les associations à mettre leurs activités en sommeil.

Il est nécessaire d’impulser une dynamique nouvelle pour attirer les éléments moteurs de ces jeunes générations.

 Une société de l’image et de l’information

Nous évoluons dans une société de l’information et de l’image.

Notre communication doit être en phase avec ce phénomène, tout en s’attachant à garder des repères.

Nous devons être capables de réagir vite et également nous efforcer de façonner une « image de marque », délestée des aspects parfois caricaturaux du monde combattant mais totalement dissuasifs pour le recrutement.

 Un déficit de connaissance de nos concitoyens

L’UNC « aujourd’hui » reste une association méconnue aussi bien du grand public que des décideurs civils et militaires.

Toute opportunité ou événement sont à saisir pour se faire mieux connaitre.

 Des questions légitimes sur l’utilité de l’UNC

L’amélioration des dispositions de la législation combattante, fruit de l’action des associations de combattants – dont une majeure partie due à l’UNC – depuis la fin de la Première Guerre mondiale, combinée aux efforts déployées par les armées, notamment depuis la professionnalisation vis-à-vis de la condition militaire, conduisent légitimement à s’interroger sur l’utilité de l’UNC, alors même que des associations mémorielles comme le Souvenir Français sont plus à même de traiter tout ce qui a trait au travail de mémoire.